Mise à jour le 1er/02/2016, par Damien - Service Com’ ANDAR

imprimer l'article

5 Questions sur les dents dans la PR

photo de l'article

La PR a-t-elle une influence sur mes dents ?

Non, tout d’abord « l’articulation » os/ dent n’a aucune structure commune avec une articulation synoviale touchée par la PR. De plus, l’état inflammatoire induit par la PR n’entraine pas plus d’inflammation au niveau du tissu parodontal. Il n’y a pas de surcroit d’inflammation dans la PR à ce niveau...

La PR a-t-elle une influence sur mes dents ?

Non, tout d’abord « l’articulation » os/ dent n’a aucune structure commune avec une articulation synoviale touchée par la PR. De plus, l’état inflammatoire induit par la PR n’entraine pas plus d’inflammation au niveau du tissu parodontal. Il n’y a pas de surcroit d’inflammation dans la PR à ce niveau. Cependant, il y a de nombreuses raisons pour qu’un patient suivi pour PR entretienne son état bucco-dentaire. La prolifération bactérienne est le facteur principal des parodontites. De nombreux facteurs toxiques, tabac et alcool, alimentaires, médicaux (diabète, immuno-dépression), médicamenteux peuvent être associés directement ou indirectement aux parodontites. La polyarthrite est une maladie dysimmunitaire qui peut participer à diminuer la résistance du malade face aux bactéries buccales. La prolifération de certaines bactéries gingivales peut favoriser l’expression de la maladie rhumatoïde, et participer à la résistance aux traitements. Le traitement des parodontites peut améliorer la réponse aux traitements de la PR. Les patients souffrant de PR sont à risque infectieux. Les foyers infectieux dentaires peuvent être le point de dé- part d’infections graves, septicémies, greffes bactériennes sur les valves cardiaques ou les prothèses vasculaires. Ils doivent être éradiqués chez tous les patients à risque infectieux (panoramique dentaire et avis auprès d’un praticien).

Puis-je recevoir tous les soins dentaires ?

Oui, en prenant les mêmes précautions que vis à vis de toute intervention, s’il s’agit d’une chirurgie de type « pose d’implants » en cas de traitement immuno-suppresseur comme les anti-TNF alpha. En effet, de nombreux traitements (par exemple les corticoïdes ou les biothérapies) de la polyarthrite augmentent le risque infectieux. Leur prescription doit être précédée d’un avis stomatologique. Dans ce cas, le dentiste et le rhumatologue doivent communiquer ! La survenue d’une infection dentaire ou d’un geste de chirurgie dentaire à risque infectieux doit amener à suspendre les biothérapies le temps de la résolution complète du problème. Des soins usuels, ou la mise en place d’implant ne sont pas des indications de suspendre le traitement par biothérapie, mais peuvent faire discuter une antibioprophylaxie.

Faut-il que mon dentiste contacte mon rhumato ?

Oui, s’il a le moindre doute quant aux effets du traitement et justement en cas de soins lourds chez un patient sous biothérapie. Toutefois, ces traitements sont désormais mieux connus des intervenants du système de santé.

Quelle est la prise en charge des soins ?

Les soins dentaires ne sont pas pris en charge dans le cadre de l’ALD. Dois-je faire surveiller mes dents plus que « monsieur tout le monde » ? Oui car d’une part il semble qu’une infection chronique par porphyromonas gingivalis, responsable d’une inflammation parodontale, ait une influence sur l’évolution de la PR et sur l’expression des anticorps anti-CCP, marqueurs de la PR. D’autre part il faut chez les patients traités par immunosuppresseurs prévenir tout état infectieux, dentaire ou autre, dont les conséquences seraient plus graves que chez « monsieur tout le monde ».

En conclusion : Un patient suivi pour une PR, devrait faire suivre son état bucco-dentaire « comme tout le monde », c’est-à-dire bien plus que « tout un chacun » !

Remerciements aux Drs Jacques Bernard, Interniste (Toulouse), Jérôme Crevel, Rhumatologue (Béziers), et Mathieu Crevel, Dentiste (Montpellier).

LEXIQUE :

Dysimmunitaire : anomalie du système immunitaire.

Antibioprophylaxie : utilisation d’un antibiotique dans un but thérapeutique afin de prévenir l’éventuel survenue d’une infection susceptible d’être dangereuse.

Porphyromonas gingivalis : bactérie buccale impliquée dans les maladies parodontales Maladie parodontale : la maladie parodontale (parodontopathie) regroupe toutes les atteintes des tissus de soutien de la dent, c’est-à-dire la gencive et l’os.

Anticorps anti-CCP : Les anticorps anti- CCP (cyclic citrullinated peptide), sont des auto anticorps présents chez certaines personnes présentant une polyarthrite rhumatoïde.

Immunosuppresseurs : On appelle immunosuppresseurs des médicaments utilisés dans le traitement immunosuppresseur pour inhiber ou prévenir l’activité du système immunitaire.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter

Nous suivre