Mise à jour le 28/04/2017, par Damien - Service Com’ ANDAR

imprimer l'article

PR et Vie Professionnelle

1ERS RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE PRET (PR ET TRAVAIL)

Peu d’études ont analysé l’impact de la polyarthrite rhumatoïde sur l’insertion et l’activité professionnelle des patients. L’objectif de ce travail est de décrire et d’analyser le retentissement de la PR sur le parcours professionnel, au sein d’une population de patients de moins de 60 ans en France.

P. Bertin 1, F. Fagnani 2, A. Duburcq 2, A.S. Woronoff 3, P. Chauvin 4, G. Cukierman 5, S. Tropé-Chirol 3, J.M. Joubert 5, G. Kobelt 3
1 CHU Dupuytren, Limoges, France ; 2 Cemka-Eval, Bourg-la-Reine, France ; 3 ANDAR, Paris, France ; 4 UMRS 707 (INSERM-UPMC), Paris, France ; 5 UCB Pharma, Colombes, France

A partir de la communication faite lors du 26e Congrès de la Société Française de Rhumatologie - Paris - Décembre 2013.

Cette étude rétrospective a été conduite en France auprès d’un échantillon aléatoire de patients atteints de PR et âgés de moins de 60 ans au moment de l’enquête, qu’ils soient en activité ou non. La participation à l’étude a été proposée par les rhumatologues libéraux ou hospitaliers lors des consultations habituelles et aux membres de l’ANDAR. L’enquête a été réalisée par téléphone entre juin 2012 et avril 2013. Les données recueillies portaient sur la situation professionnelle actuelle et passée et les restrictions d’activité liées à la PR. Les capacités fonctionnelles des patients ont été évaluées par le biais du Health Assessment Questionnaire (HAQ). Des analyses ont été réalisées afin d’identifier les facteurs associés à l’absentéisme au travail parmi les patients en emploi au moment de l’enquête.

SITUATION PROFESSIONNELLE ET PERTE DE PRODUCTIVITÉ

Au total, 503 patients ont accepté de participer à l’étude et 488 ont finalement été interrogés. Parmi eux, 364 patients (74,6%) étaient en activité au moment de l’enquête, 31 (6,4%) sans emploi et 93 (19,1%) étaient sortis définitivement du marché du travail.

Les différentes formes de conséquences de la PR sur l’activité professionnelle des patients sont présentées de façon schématique dans la figure 1 :

• pour les actifs employés (364 personnes), il s’agit principalement du choix d’un temps partiel et des absences liées à la PR ;
• pour les personnes en recherche d’emploi (31 personnes), l’impact de la PR se manifeste en tant que facteur de perte d’emploi et de restriction d’accès au marché du travail ;
• pour les personnes définitivement sorties du marché du travail (93 personnes), l’arrêt d’activité professionnelle était attribuable à la PR pour trois quarts d’entre eux (73%), expliquée par la fatigue (75%), des douleurs ou raideurs (25%), ou la difficulté à se déplacer (25%).

CARACTÉRISTIQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES ET CLINIQUES DES ACTIFS EMPLOYÉS

Le groupe des personnes en emploi était composé d’une majorité de personnes avec un bon niveau scolaire, puisque près de la moitié possédait un niveau supérieur au baccalauréat (45,5%) avec une faible part de métiers exposés aux contraintes physiques. Une forte proportion d’entre elles était des employés du secteur public (43,4%). L’âge moyen était de 48,9 ans et 82,1% des personnes ayant répondu étaient des femmes.
Plus d’un tiers des personnes travaillait à temps partiel (36,8%), dont la moitié pour moins d’un mi-temps (47,7%). Le temps partiel était lié à la PR dans plus de 6 cas sur 10 (64%).

Le score moyen HAQ était faible (donc une bonne capacité fonctionnelle) et l’ancienneté moyenne de la maladie de 11,6 ans. La proportion de patients sous traitement biologique était très élevée (60,4%) (tableau 1), contre 24,8% chez les moins de 60 ans dans l’Echantillon Généraliste des Bénéficiaires (EGB) de l’Assurance Maladie en 2011. Ce taux élevé explique également le HAQ bas.

SCORE FONCTIONNEL HAQ ET PERTE DE PRODUCTIVITÉ

L’analyse croisée des principales variables décrivant la situation professionnelle des personnes ayant répondu, selon le score HAQ montre une relation évidente entre les capacités de travail et la détérioration fonctionnelle (tableau 2). Avec un score de HAQ de plus de 1,5, 68,4% des personnes ont déclaré au moins un arrêt de travail dans les 12 derniers mois pour une durée moyenne de 91,6 jours ; cette proportion était de 48,3% pour l’ensemble des actifs employés.

FACTEURS ASSOCIÉS À L’ABSENTÉISME AU TRAVAIL

Des facteurs associés à l’absentéisme au travail au cours des 12 derniers mois ont été identifiés . Les variables explicatives de la durée cumulée des arrêts de travail étaient l’ancienneté de la maladie, ses traitements actuels, la présence de comorbidités, les caractéristiques démographiques, les caractéristiques de l’emploi, le score HAQ et le statut de travailleur handicapé. Les analyses suggèrent que le score HAQ est le facteur contributif majeur de l’absentéisme au travail, quelles que soient les caractéristiques socio-économiques des patients.

Plusieurs études ont recherché les facteurs associés à l’incapacité de travail liée à la PR [1], [2], [3], [4], [5]].

Ceux-ci peuvent être catégorisés ainsi :

• les caractéristiques de la maladie décrites par les scores de douleur et de fatigue, la durée de la PR, les dommages structurels et le niveau de handicap fonctionnel ;
• les caractéristiques de l’emploi et notamment les contraintes physiques, le degré d’autonomie et l’attitude de l’employeur vis à vis de la maladie ;
• les caractéristiques socio-démographiques telles que l’âge au début de la PR, le sexe et le niveau d’éducation.

Ces études montrent que l’incapacité de travail est proportionnelle à l’activité de la maladie. Notre étude confirme ces résultats et montre les différents impacts de la PR sur la perte de productivité : l’absentéisme au travail n’est qu’une facette, certains ayant choisi un travail à temps partiel, voire d’arrêter leur activité à cause de leur PR, d’autres rencontrant des difficultés à trouver un emploi.
Notre échantillon de patients surreprésente les femmes, les personnes ayant un niveau d’éducation élevé et les personnes sous traitement biologique.

Ce biais de sélection explique sans doute le fort taux d’emploi observé, les opportunités de travail à temps partiel et les mesures dont bénéficient certains pour prendre en compte les limites fonctionnelles. Cependant, malgré ces aspects positifs, l’absentéisme lié à la PR reste très élevé.

CONCLUSION

Le retentissement de la PR sur l’activité professionnelle est important (arrêts de travail, perte d’emploi, passage à temps partiel…). La perte de productivité associée à la PR est liée au niveau de score HAQ, ce qui laisse supposer qu’un meilleur contrôle de la maladie réduirait cette perte de productivité. De même, une meilleure adaptation des postes de travail au handicap des personnes leur permettrait de continuer à exercer leur activité professionnelle dans les meilleures conditions et plus longtemps.

Cette étude a été réalisée sur une idée de l’ANDAR, grâce à une collaboration de l’ANDAR et du laboratoire UCB Pharma.

Pensez aussi à consulter la brochure PReT, L’impact de la PR sur votre vie professionnelle, PARLONS-EN !

Vous trouverez ci-dessous plusieurs vidéos d’interview de patients et professionnels de santé, répondant à cette question :

Quelles conséquences au travail ?

Médecin du travail
Dr Martine Giros
Medecin du travail dans un groupe hôtelier

Patiente
Anne-Sophie
Patiente, atteinte de PR

Rhumatologue
Dr Stéphanie Rist
Rhumatologue à Orléans


[1[Burton W et al. Systematic review of studies of productivity loss due to rheumatoid arthritis. Occup Med (Lond). 2006 Jan ;56(1):18-27.

[2Eberhardt K et al. Work disability in rheumatoid arthritis - development over 15 years and evaluation of predictive factors over time. J Rheumatol. 2007 Mar ;34(3):481-7.

[3Kobelt G et al. Modelling the effect of function and disease activity on costs and quality of life in rheumatoid arthritis. Rheumatology (Oxford) 2005, 44:1169- 1175.

[4Kessler RC et al. The effects of rheumatoid arthritis on labor force participation, work performance, and healthcare costs in two workplace samples. J Occup Environ Med 2008, 50:88-98.

[5Geuskens GA, Hazes JM, Barendregt PJ, Burdorf A : Work and sick leave among patients with early infl ammatory joint conditions. Arthritis Rheum 2008, 59:1458-1466

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter

Nous suivre